Go to the content

Equipe

Membres

  • Direction des recherches

Laurent Pordié Laurent Pordié, anthropologue et ethnopharmacologue, est chercheur au CNRS (Cermes3, Paris) et membre du Pôle d’Excellence de l’Université de Heidelberg. Il a été directeur du Département de sciences sociales de l’Institut Français de Pondichéry (CNRS/MAEE) et a séjourné sur invitation à l’université de Chicago, JNU Delhi et à l’université de Louvain. Laurent a fondé l’Unité de Recherche Nomad en 2000 et en est aujourd’hui le responsable. Ses travaux et publications concernent l’anthropologie des médecines et de la science en Asie du Sud, dont les ouvrages The Expression of Religion in Tibetan Medicine (FIP, 2003) ; Panser le monde, penser les medicines (Karthala, 2005) ; un numéro spécial de Indian Anthropologist (2007) ; Tibetan Medicine in the Contemporary World (Routledge, 2008 - Lauréat du ICAS Book Prize 2009) ; un numéro spécial de la Revue d’Anthropologie de Connaissances (2011) et Healing at the Periphery (à paraître chez Duke University Press).

  • Chercheurs

Florian Besch Florian Besch est Maître de Conférences (Assistant Professor) au Département d’Anthropologie de l’Institut sud-asiatique (SAI), Université de Heidelberg. Il est membre de l’Unité de Recherche Nomad depuis 2001. Florian est spécialisé en anthropologie himalayenne, en études du développement et plus particulièrement en anthropologie médicale. Ses travaux principaux ont porté sur les processus sociopolitiques et économiques en jeu dans la modernisation de la médecine tibétaine dans la région himalayenne du Spiti (Inde). Ses publications concernent cette médecine dans le nord-ouest de l’Himalaya indien. Florian travaille actuellement à l’écriture d’un livre sur la médecine tibétaine au Spiti.

Calum BlaikieCalum Blaikie est anthropologue, postdoctorant sur un programme de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) porté par l’Institut Français de Pondichéry et le Cermes. Il est membre de l’Unité de Recherche Nomad depuis 2001. Sa thèse de doctorat (Kent) a examiné la pratique médicale tibétaine et l’économie du médicament, plus précisément la circulation des matières médicinales, les processus de marchandisation (ou son absence) et l’impact de celle-ci sur l’exercice de la médecine tibétaine et l’usage des médicaments par les patients. Ses recherches actuelles examinent les dynamiques du secteur pharmaceutique en médecine tibétaine en Inde.

Frédéric BourdierFrédéric Bourdier est anthropologue à l’Université de Bordeaux, Chargé de recherche à l’IRD (Institute de Recherche pour le développement). Frédéric a conduit ses recherches en Inde du Sud, en Amazonie brésilienne et française et au Cambodge. Ses travaux ont concernés les dimensions sociales de la santé, les médecines traditionnelles, les relations entre migration et santé, l’écologie sociale des populations indigènes et le sida. Il est en charge, depuis 2004, d’un programme de franco-cambodgien étudiant les politiques de santé et la mobilisation civile dans la lutte contre le VIH/sida. Il poursuit depuis 2007 ses investigations sur les interactions entre nature et sociétés au Laos, au Cambodge et dans la région du Yunnan en Chine. Il est auteur de nombreuses publications dont deux monographies Sexualité et sida en Inde du Sud (Karthala, 2001), Migration et sida en Amazonie française et brésilienne (Ibis Rouge, 2004), et trois volume dirigés, On Research and Action (IFP, 1998), Reproductive Health of Humankind in Asia and Africa (New Delhi Publishing Corporation, 2000), et The Mountains of Precious Stones. Essays in Social Anthropology (Center for Khmer Studies, 2006).

Elisabeth DodinetElisabeth Dodinet est ethnobotaniste et historienne au Centre de Recherches sur la Préhistoire et la Protohistoire Méditerranéenne (UMR 5608 CRPPM), Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) – Université de Toulouse II « Arts et cultures de la Préhistoire ». Elle est également Secrétaire Générale de la Société Botanique de France. Elisabeth est membre de l’Unité de Recherche Nomad depuis 2003. Elle conduit ses recherches sur l’histoire des plantes à parfums en Méditerranée dans l’Antiquité et plus particulièrement leurs problématiques d’identification botanique. Elle participe à ce titre à différents programmes de recherches dans le cadre du Groupement d’intérêt scientifique sur les parfums. Le second domaine d’expertise d’Elisabeth concerne l’ethnobotanique et l’ethnobiologie des plantes utilisées en médecine tibétaine, spécifiquement sous l’angle des problématiques d’identification.

Pascale Hancart PetitetPascale Hancart Petitet est anthropologue, chercheuse à l’Amsterdam Institute for Social Science Research de l’université d’Amsterdam et associée au Centre de Recherche Cultures Santé Sociétés de l’université d’Aix-Marseille. Elle est membre de l’Unité de Recherche Nomad depuis 2004. Egalement sage-femme de formation, Pascale s’intéresse aux questions relatives au corps, à la maladie et à la médecine en lien avec les dimensions culturelles, sociales et politiques de la reproduction. Les orientations de son travail relèvent à la fois des domaines de ’l’applicable’ et de la théorie en anthropologie (systèmes médicaux, genre, technicisation des corps). Depuis 2008, elle conduit des recherches en collaboration avec l’Institut Pasteur du Cambodge sur la construction et la production sociale du planning familial dans le contexte du VIH. Sa thèse de doctorat en anthropologie, menée dans le cadre d’un partenariat avec l’Institut Français de Pondichéry, portait sur le traitement social de la naissance en Inde du sud. Parmi ses publications, les ouvrages Maternités en Inde du Sud (Edilivre, 2008) et L’art des matrones revisité (Faustroll, 2011).

Stephan KloosStephan Kloos est anthropologue, chercheur à l’Académie Autrichienne des Sciences. Il est membre de l’Unité de Recherche Nomad depuis 2001. Il conduit ses recherches en Asie du Sud, dans le monde himalayen particulièrement - au Ladakh, à Dharamsala et à Darjeeling. Stephan s’est essentiellement intéressé à la médecine tibétaine en exil, à son histoire et ses transformations contemporaines. Ses travaux actuels se concentrent sur les ré-articulations de l’efficacité pharmaceutique et des modes de production des médicaments tibétains avec les politiques nationalistes, l’éthique bouddhiste, la science moderne et le capitalisme. On trouve parmi ses publications, l’ouvrage Tibetan Medicine among the Buddhist Dards of Ladakh (Wiener Studien zur Tibetologie und Buddhismuskunde 2004), ainsi que de nombreux articles. Il travaille actuellement à la réécriture de son travail de thèse (UC San Francisco & Berkeley, 2010) sous la forme d’un livre. Visiter le site personnel de Stephan

Olivier SchmitzOlivier Schmitz est sociologue et anthropologue, chercheur à l’Observatoire du sida et des sexualités et au Centre d’études sociologiques des Facultés Universitaires Saint-Louis de Bruxelles. Il est également chargé d’enseignement à l’Université Charles-de-Gaulle/Lille3, aux Facultés St-Louis de Bruxelles et à l’Université de Louvain-La-Neuve. Olivier est membre de l’unité de recherche Nomad depuis 2003. Il mène actuellement une étude ethnographique en institution hospitalière sur les recours non-conventionnels de personnes atteintes du cancer (Institut National du Cancer), et s’intéresse à l’homéopathie en Belgique et en Inde. Ses travaux concernent essentiellement les domaines de la santé et de la médecine, dont les ouvrages Soigner par l’invisible (Imago, 2006), Les médecines en parallèles (Karthala, 2006), La séropositivité : un regard des sciences sociales (Bruxelles, Editions des Facultés universitaires Saint-Louis – coécrit avec M. Vignes), et un numéro spécial de Recherches Sociologiques (Louvain, 2004).

  • Doctorants

Sandra BaernreutherSandra Bärnreuther est doctorante en anthropologie au South Asia Institute et Cluster of Excellence ’Asia & Europe’ de l’université de Heidelberg. Elle a conduit ses recherche de MA sur l’anthropologie de la naissance au Ladakh, Himalaya indien (2007-2008), dans le cadre des programmes de Nomad RSI. Elle a rejoint l’Unité de Recherche en 2010. Sandra travaille aujourd’hui sur la santé reproductive en contexte transnational.

Anne JacquemotAnne Jacquemot est doctorante en sciences de l’information et de la communication au sein du laboratoire « Communication Culture et Société » (C2So) de l’Ecole Normale Supérieure Lettres et Sciences Humaines (ENS LSH) de Lyon. Elle a intégré l’unité de recherche Nomad RSI en février 2009. Son sujet de thèse porte sur l’évolution récente des pratiques alternatives relatives à la santé et la manière dont elles sont amenées à reconfigurer le rapport à la médecine. Le développement des pratiques médicales alternatives est envisagé dans une perspective de circulation, de transformation et de processus d’institutionnalisation des savoirs sociaux et scientifiques en observant la manière dont ils peuvent être l’objet d’appropriation spécifique selon les sphères sociales en jeu. L’approche adoptée combine ethnologie et sémiotique, selon le cadre pluridisciplinaire des sciences de l’information et de la communication.

Membres contractuels

Claire BousquetClaire Bousquet est étudiante en Master en Anthropologie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) à Toulouse. Elle conduit actuellement (2009-2010) une étude portant sur les savoirs et les usages des médecins tibétains au Ladakh, à propos de quelques plantes médicinales himalayennes. Elle s’intéresse également aux dynamiques sociales de ces usages.

Aurélia DesplainAurélia Desplain est étudiante en Master d’Anthropologie sociale – Ethnologie spécialité « Cultures, Politiques et Santé » à Bordeaux. Elle effectue actuellement un terrain de recherche dans la province de Mondulkiri au Nord-Est du Cambodge sur l’implication des acteurs villageois dans le champ de la santé. L’étude se concentre sur un village Bunong à distance des structures de santé publiques. Elle a rejoint l’Unité de Recherche Nomad pour l’année 2012.

Jennifer DerhamJennifer Derham est étudiante en Master d’Ethnobotanique dans le cadre du programme commun de Kew Gardens à Londres et de l’université de Kent. Elle a poursuivi ses études antérieures en science de la santé et médecine naturelle à l’université de Westminster, puis s’est formée en nutrition. Ses recherches actuelles portent sur les changements nutritionels au Ladakh, en particulier lorsqu’on leur attribue la cause de désordres intestinaux. Elle a rejoint l’Unité de Recherche Nomad pour les années 2010 et 2011.

Magalie GondalMagalie Gondal est diplômée d’une maîtrise en archéologie des paysages et d’un DESS "Jardins historiques, patrimoine et paysage" de l’université de Paris-1 Panthéon Sorbonne. Elle a effectué depuis 2004 différentes missions professionnelles relatives aux patrimoines culturels et paysagers au travers de travaux d’inventaire, d’étude, de diagnostic et d’archéologie de jardin. Elle est actuellement étudiante au Certificat International d’Ecologie Humaine (CIEH), DU d’anthropologie de la santé du Centre de Recherche « Cultures, Santé, Sociétés » de l’Université Paul Cézanne à Aix-Marseille, sous la direction d’Alice Desclaux. Elle est membre de L’Unité de Recherche Nomad pour les années 2007 - 2010. Son travail concerne les savoirs locaux, les plantes médicinales et la conservation dans les Pyrénées

Pauline Laval a intégré l’unité de recherche de Nomad suite à une étude de six mois réalisée en 2009. Ce travail portait sur les stratégies villageoises face au déclin de l’accès au ressources en plantes médicinales de deux villages du Mondolkiri, au nord-est du Cambodge. Déterminée à poursuivre son travail dans l’interdisciplinarité, et après avoir été diplômée ingénieur en agro-développement international de l’ISTOM en 2010, elle poursuit actuellement ses études en M2 EDTS (Anthropologie de l’environnement) au Muséum National d’Histoire Naturelle, à Paris.

Brigitte NiklesBrigitte Nikles possède un MA en Anthropologie Sociale de l’université de Zurich, pour lequel elle a conduit des recherches dans le nord-est du Cambodge sur l’utilisation et la gestion des ressources naturelles par les populations Phnongs (Punongs). Ses thèmes de recherches concernent l’anthropologie politique des mouvements indigènes et l’étude des formes de résistance. Elle s’intéresse aujourd’hui à la famille et à la santé maternelle chez ces mêmes populations et a rejoint l’Unité de Recherche Nomad (2007-2011) afin de mener ses travaux dans ces domaines.

Céline ValadeauCéline Valadeau, anthropologue et ethnobotaniste, est post-doctorante au Centre d’Enseignement et de Recherche en Ethnologie Amérindienne (LESC-CNRS). Ses recherches intègre des matériaux ethnographiques et ethnobotaniques dans le but de définir les notions de personne, de maladies, de traitements et, par extension, de comprendre les fonctionnements intracorporels. De manière générale ses recherches se divisent en deux axes. Le premier axe cherche à comprendre les notions qui existent entre les conceptions de la personne et la maladie. Le second s’intéresse aux interactions potentielles des concepts biomédicaux tels que la grippe ou le paludisme dans les systèmes de soins traditionnels. Depuis 2012, à la suite de plusieurs années passées en Haute Amazonie péruvienne, ses recherches examinent les voies d’intégration des politiques de santé antimalarique dans les pratiques et les conceptions du soin au sein du groupe social Bunong du Cambodge. Parmis ses travaux, Médecine chez les Yanesha d’Amazonie péruvienne : la traversée par les plantes (L’Harmattan, 2012) et Yato’ Ramuesh : Pare’shemats Yanesha, Yato’ Ramuesh : Plantas medicinales yanesha (IRD, 2008 avec G. Bourdy et A. Castillo).

Haut | Accueil | Association | Projets | Recherche | Publications | Contact | Emplois et stages | Fil RSS 2.0 | Plan du site | Soutenir Nomad RSI | Crédits | Charte d’accessibilité